Fragrance Liège : la balance sur le comptoir

Fragrances : la caverne d’Ali Baba du thé et du café en vrac

Catégories :

Dans la vitrine de Fra­grances, des tasses, des boites, des théières et des cuillères à thé sont sus­pen­dues dans une bien­heu­reuse caco­pho­nie.

Je pousse la porte et la cloche qui y est accro­chée se met à carillon­ner. À l’intérieur, le café frai­che­ment mou­lu embaume l’air et le chauffe-eau de la machine à expres­so bour­donne. Entre les pra­lines au cho­co­lat, les pots de confi­tures, les tasses et mugs à motif de chat et les nom­breuses boites et sachets colo­rés ; des lumi­naires sus­pen­dus çà et là baignent la petite bou­tique dans une atmo­sphère féé­rique.

Fragrance Liège : le décor d'intérieur
À l’intérieur, une ambiance cha­leu­reuse et unique ! 2018 © Sophie Ber­nard Pho­to­gra­phy

C’est que Fra­grances, qui a pignon sur rue depuis 1932 En Neu­vice, est une véri­table caverne d’Ali Baba. Et ce n’est pas Jehanne, la pro­prié­taire, qui vous dira le contraire !

Une véritable invitation au voyage !

Sur les boites en acier rouge se suc­cèdent des éti­quettes – tan­tôt neuves, tan­tôt fanées – sur les­quelles ont été grif­fon­nés à la main les noms des mélanges uniques qu’elles contiennent. Der­rière un « Jar­din Céleste », un « Secret tibé­tain » ou un « Mou­lin rouge » je découvre émer­veillée des arômes et des saveurs qui m’enivrent :

Fragrance Liège : boites en acier rouge
Des noms qui font rêver ! 2018 © Sophie Ber­nard Pho­to­gra­phy

« Ce n’est pas pour rien que j’ai bap­ti­sé ma bou­tique Fra­grances » m’explique Jehanne. « L’approche de mon maga­sin, c’est qu’on peut les sen­tir ! ». Sou­le­vant le cou­vercle de l’une de ses nom­breuses boites à thé, elle me fait res­pi­rer un par­fum frui­té. « Cur­cu­ma – Ana­nas », me pré­cise-t-elle. « D’habitude, ça ne marche pas, mais cette fois, on a l’impression qu’il y a de véri­tables mor­ceaux dedans ! ».

Sur l’étagère d’à côté, des thés verts som­meillent dans des bocaux en verre : « Les feuilles de thé ont des cou­leurs et des tex­tures dif­fé­rentes, c’est pour­quoi j’aime aus­si les avoirs dans des bocaux trans­pa­rents. J’y ai pla­cé des tisanes, des rooi­bos (aux tons rouges) et des thés verts japo­nais parce que leurs feuilles se dis­tinguent tout par­ti­cu­liè­re­ment ».

Fragrance Liège : thés verts japonais
Les thés verts japo­nais – 2018 © Sophie Ber­nard Pho­to­gra­phy
Fragrance Liège : bocaux en verre transparent remplis de feuilles de thés
Du thé vert et du rooi­bos dans les bocaux en verre – 2018 © Sophie Ber­nard Pho­to­gra­phy

À leurs côtés, les thés japo­nais attirent effec­ti­ve­ment mon atten­tion : « Si vous n’êtes pas un ama­teur de thé, ne com­men­cez pas par le Mat­cha, le Sen­cha ou le Gen­mai­cha. Ils ont une saveur her­ba­cée ». Elle me tend alors un thé japo­nais au riz souf­flé, duquel émane une légère odeur … de riz ! « Celui-ci est plus doux, c’est par­fait pour com­men­cer. La plu­part des thés que l’on retrouve en Europe sont par­fu­més à la fraise, à la cerise ou à la fram­boise. C’est pour répondre à nos goûts occi­den­taux ».

Je lui donne bien rai­son ! Mes thés pré­fé­rés (le « Maas­tricht », le « Mon­tagne bleue » et le « Sym­pho­nie Pas­to­rale ») sont des thés agré­men­tés de fruits rouges qui savent com­ment par­ler à mes papilles. Un délice !

Des thés millésimés issus des 4 coins du monde

« Comme le bon vin, le thé a ses années de ven­dange. D’une année à l’autre, la qua­li­té va varier selon les condi­tions cli­ma­tiques, les régions ou encore le savoir-faire. On peut vrai­ment com­pa­rer une plan­ta­tion de thé à une culture de vigne ».

Fragrance Liège : cuillères à thé suspendues
Des cuillères à thé sont sus­pen­dues au des­sus du comp­toir – 2018 © Sophie Ber­nard Pho­to­gra­phy

Jehanne me parle alors du Dar­jee­ling, cette ville de l’État indien du Ben­gale-Occi­den­tal, au pied de l’Himalaya, où est culti­vé le thé du même nom. Elle évoque ensuite les contrées qui l’entourent : l’Assam, le Dooars, le Sik­kim, le Tibet et le Népal : « des régions qui pro­duisent des thés qui, bien que proches géo­gra­phi­que­ment, don­ne­ront des résul­tats dif­fé­rents. Exac­te­ment comme le vin ! ».

Fragrance Liège - Tasse de thé
Le Yuzu, un thé vert japo­nais au goût d’agrume – 2018 © Sophie Ber­nard Pho­to­gra­phy

Confor­ta­ble­ment ins­tal­lée au coin d’une petite table nap­pée, je me décide à dégus­ter l’un des der­niers thés ren­trés : le Yuzu. Ce thé japo­nais, mélange de feuilles de thé vert et d’écorce de Yuzu du Japon (agrume de l’est de l’Asie) a une saveur aci­du­lée et une légère note poi­vrée. Alors que je voyage au pays du soleil levant, Jehanne fait, quant à elle, un retour dans le pas­sé :

« Au départ, le maga­sin ne pro­po­sait que du café. À l’époque, il n’y avait qu’un thé des Indes, un thé de Cey­lan et un thé de Chine. J’ai com­men­cé à tra­vailler ici en me disant que je ne res­te­rai qu’un moment. 25 ans plus tard, j’y suis tou­jours ! ».

Du café à déguster, en grain ou moulu ?

Alors que nous dis­cu­tons, un jeune homme entre dans le maga­sin. Dans sa main, une boite en alu­mi­nium avec un cou­vercle qu’il tend à Jehanne pour qu’elle le rem­plisse de café. Entre le Moka, le Gua­te­ma­la, le Java, le Colom­bie ou encore le mélange mai­son, le choix s’avère cor­sé !

Per­son­nel­le­ment, je ne bois plus que du « Caro­lines Grillées » depuis que j’ai décou­vert la saveur douce et sans amer­tume de cet ara­bi­ca. La machine à moudre les grains se remet à vrom­bir, et une fois le jeune homme par­ti, nous nous met­tons à dis­cu­ter « zéro déchet ».

Fragrance Liège : le café Caroline Grillée
Le Caro­lines Grillées, un café doux avec peu d’amertume ! 2018 © Sophie Ber­nard Pho­to­gra­phy

« Les gens reviennent par­fois avec leur sachet vide car ils ne retiennent pas le nom du thé ou du café qu’ils ont ache­té. Mes boites vides ont éga­le­ment beau­coup de suc­cès et elles ne coûtent que 5€. Je leur rem­pli avec plai­sir. C’est plus pra­tique et plus éco­lo­gique ! ».

Sur le comp­toir, des confi­tures, du cho­co­lat et du miel font la part belle aux innom­brables sachets de thé et de café : « Mon miel, je le ramène des Cévennes. J’ai de la gelée de rose et des pots de confi­ture à l’orange. Pour mon cho­co­lat chaud, j’utilise des copeaux de cho­co­lat de chez Car­ré Noir et elle uti­lise mon thé dans ses pra­lines. Du coup, pour ne pas lui faire de la concur­rence, je n’ai gar­dé que le cho­co­lat au ste­via et les pra­lines. Elles accom­pagnent les thés et cafés que j’offre en dégus­ta­tion à toute per­sonne qui achète dans mon maga­sin ».

Fragrance Liège : pralines au chocolat
Les pra­lines au cho­co­lat à dégus­ter avec un thé ou un café ! 2018 © Sophie Ber­nard Pho­to­gra­phy

Une ambiance et un charme à l’ancienne

Jehanne me fait encore sen­tir le mys­té­rieux conte­nu de quelques boites : « Pomme-verte », « Fraise-Kiwi », « Jar­din des Poètes », « Orange-Can­nelle » … je ne sais à nou­veau plus où don­ner de la tête !

« J’aime avoir des choses qui sortent de l’ordinaire. Pou­voir pro­po­ser toutes sortes de thé et de café, c’est un peu comme un défi. Et Fra­grances, c’est ma caverne d’Ali Baba ! »

Fragrance Liège : la façade En Neuvice
2018 © Sophie Ber­nard Pho­to­gra­phy

À propos de l’auteur

Sophie Bernard – Slow in Liège

Sophie Bernard

Rédactrice pour le blog épicurien Yummy Planet, l’œil derrière l’objectif de Sophie Bernard Photography, Sophie aime partager ses bons plans, bien manger et voyager.

Commentaires

avatar